Tu viens de perdre 12 lb en un mois et tu as déjà recommencé à engraisser

Publié le: July 12, 2015 | Dr Denis Boucher Ph.D.

Pour la plupart des gens, le principal défi n’est pas de maigrir, mais bien de ne pas reprendre le poids perdu. Vos habitudes de vie déterminent votre réussite ou votre échec.

Qu’est-ce qui vous motive à perdre du poids? Et est-ce que ce sera la raison de votre échec?

Publié le: July 6, 2015 | Dr Denis Boucher Ph.D.

À 42 ans, il laisse dans le deuil sa femme et ses 2 enfants. Bientôt ce sera ton tour…

Publié le: July 6, 2015 | Dr Denis Boucher Ph.D.

Je veux maigrir… tout en buvant et mangeant à volonté!

Publié le: May 17, 2015 | Dr Denis Boucher Ph.D.

Women eating hamburger.

 

Bon, vous ne l’exprimez pas ouvertement de cette manière bien sûr, mais j’entends souvent des phrases du genre : je fais des efforts, je calcule mes calories et je fais de l’exercice, vais-je devoir respecter cela toute ma vie? Que dois-je en conclure selon vous?

Le métabolisme de base de la majeure partie de mes clientes varie entre 1200 et 1600 calories par jour. Beaucoup d’entre elles sont sédentaires ou légèrement actives. Donc, leur dépense calorique liée à l’exercice est limitée. D’ailleurs, à moins que vous ne soyez un athlète ou ne travailliez physiquement, votre dépense énergétique reste relativement faible.

Les aliments et les boissons alcoolisées contiennent des calories, mais ça, vous le savez déjà. Cependant, le corps lui est une machine très économe au niveau de sa dépense énergétique. Pourquoi, parce qu’il doit survivre? Et survivre signifie obtenir autant d’énergie que l’on en dépense. Une machine biologique trop énergivore n’aurait pu survivre aux difficultés que la nature impose. Même dans un monde moderne, notre corps manifeste le même fonctionnement biologique que nos plus lointains ancêtres.

Donc, notre biologie (métabolisme) l’emporte sur certaines espérances. Que cela signifie-t-il? Pour répondre à cette question, j’y vais d’un exemple. Si votre métabolisme de base est de 1250 calories par jour et que vous êtes sédentaire, il est raisonnable de dire que votre point d’équilibre (pas de perte ni de gain de poids) se situe aux alentours de 1400 calories par jour.

Si vous avez déjà rempli un journal alimentaire, vous savez à quelle vitesse fulgurante vous pouvez consommer 1400 calories. Mais, vous aimez prendre un verre de vin (possiblement 2 ou 3, peut-être 4) le week-end. Et voilà que vous venez de consommer 400 à 500 calories, sur les 1400 que votre métabolisme peut gérer sans engraisser. Et cette pointe de tarte aux pommes que vous adorez tant! Seulement, 350 calories… Quoi? Déjà plus de 750 calories ingurgitées en un temps record, sans compter tout le reste.

Oui, en ce beau samedi soir, vous aimeriez tant pouvoir boire ces 3 verres de vin, manger cette entrée de saumon fumé, déguster ce filet mignon de 8 onces accompagné de ces magnifiques légumes sautés et conclure le tout par cette succulente tarte aux pommes… sans oublier le digestif. Comment? 1950 calories et vous n’avez rien vu passer. Et on ne compte même pas tout ce que vous avez consommé dans votre journée.

Et voilà que vous désirez perdre du poids. Et vous réalisez que votre métabolisme ne vous autorise que 1400 calories par jour. Quelle honte, votre métabolisme compromet votre samedi soir de bonheur (exagération). Vous vous révoltez contre cette injustice. Je ne tolérerai sûrement pas une telle privation toute ma vie, pensez-vous… La réalité est inacceptable ! Pourquoi des personnes que je connais mangent-elles ce qu’elles veulent sans engraisser? Pourquoi ceci? Pourquoi cela? Pourquoi moi?

En fait, vous aurez beau vous révolter, votre corps (métabolisme) aura toujours le dernier mot. De plus, même si vous ignorez volontairement le nombre de calories que vous consommez dans l’espoir que cela ne vous affectera pas, le surplus de calories sera tout de même stocké en gras… Eh oui, vous engraisserez, peu importe le type de pensée magique que vous entretenez.

Non, vous ne pouvez maigrir en mangeant et en buvant à volonté. Maigrir exige de trouver et maintenir un équilibre de vie. Faites-vous à cette idée ou continuez d’engraisser, car il n’existe malheureusement aucune autre alternative.

SignatureNumérique1

Pourquoi le stress vous rend-il résistant à la perte de poids.

Publié le: May 13, 2015 | Dr Denis Boucher Ph.D.

Quand vous entendez le mot « stress », vous pensez sûrement à cette incessante activité mentale où vos pensées, vos craintes, vos inquiétudes, etc. ne cessent de tourner à une vitesse folle dans votre tête. En fait, c’est une partie du stress que vous vivez, car vous pouvez vous sentir bien mentalement, et malgré tout dépasser vos capacités en épuisant constamment votre énergie. Je parle alors de stress physiologique.

Vous et moi avons 100 % d’énergie et ce 100 % (de capacité totale) varie d’une personne à l’autre. À titre d’exemple, un marathonien d’élite a de meilleures réserves énergétiques que vous et moi pour courir un marathon. Son 100 % est nettement supérieur au nôtre.

Donc, nous devons composer avec notre 100 % et répartir notre énergie parmi les différentes demandes de notre environnement. Le travail, la famille, les loisirs, les amis, le bénévolat, l’entraînement, les SMS que vous recevez tard le soir ou tôt le matin, etc. Votre cerveau, qui ne représente que 2 % du poids total de votre corps, requiert à lui seul en tout temps, de 20 à 30 % de votre énergie. Et oui, si votre métabolisme de base est de 1500 calories, votre cerveau pour fonctionner dépensera de 300 à 450 calories quotidiennement. Avouez que vous ne l’aviez jamais vu sous cet angle…

Comme vous le constatez, votre activité mentale nécessite beaucoup d’énergie. De plus, votre corps ne réagit pas directement à ce qui se passe dans votre vie de tous les jours. Il réagit à votre « interprétation » de ce qui se passe dans votre vie. De ce fait, si vous êtes une personne de nature anxieuse; qui a développé un fort sentiment d’urgence interne; qui s’inquiète de tout et de rien; qui est affectée par les émotions des autres; qui supporte mal la critique ; qui est perfectionniste, etc., alors votre corps est toujours en train de se préparer à lutter devant le pire. Donc, votre cerveau qui exploite déjà beaucoup de vos réserves énergétiques entraîne alors votre corps dans une situation où même au repos, celui-ci est placé en situation fictive d’exercice intense… car votre cerveau (votre perception stressante du monde) impose à votre corps de se préparer à lutter contre la menace ou la fuir.

Malheureusement, nous sommes équipés pour tolérer une telle situation pendant quelques minutes chaque jour. Mais, dans notre monde moderne, ce genre de situation peut perdurer des jours, des mois, des années… Et vous épuisez ainsi vos réserves énergétiques. Et pour vous permettre de résister le plus longtemps possible à un tel niveau de stress, votre corps stockera du gras… la source d’énergie la plus efficace à long terme.

Le stress physiologique quant à lui survient quand tout va bien mentalement, mais que vous vous pensez invincible et épuisez constamment vos réserves énergétiques. Pour un athlète, cela se traduit pas un trop grand volume d’entraînement et pour les gens ordinaires comme vous et moi, par de trop longues heures de travail et d’activités mentales.

Par exemple, vous vous levez tôt le matin, préparez les enfants pour la garderie, êtes assez idiot pour répondre à votre premier SMS, partez pour le travail, avez oublié de déjeuner… Oups, ce fut tellement intense au travail que vous avez oublié de dîner. Vous mourez de faim, mangez une toute petite salade, car vous ne voulez pas engraisser. Enfin, la journée est terminée. Vous allez chercher les enfants. Arrivé à la maison, vous mangez en vitesse afin d’aller vous entraîner à haute intensité pendant 60 minutes. Vous revenez à la maison, vous couchez les enfants (dont vous avez oublié leurs noms, car vous êtes épuisé). Il est 22 h… Enfin, vous vous assoyez confortablement et êtes encore assez idiot pour répondre à vos SMS du travail.

Croyez-vous vraiment que votre corps prendra le moindre risque de vider ses réserves énergétiques (brûler du gras) dans de telles conditions ? Bonne chance…

Denis Boucher

Article relié : Ce foutu sentiment d’urgence interne